L’isolation thermique pour la rénnovation

L’isolation thermique permet de limiter les transferts thermiques entre un milieu chaud et un milieu froid, donc de réduire les coûts d’énergie (de chauffage ou de climatisation) et de limiter les émissions de gaz à effet de serre. Les éléments à isoler concernent la totalité de l’enveloppe : façades, planchers, toitures, fenêtres et portes . Plusieurs familles d’isolants proposent des solutions adaptées :

  •  isolants en plastique alvéolaire (polystyrène ou polyuréthane) ou en laine minérale (verre ou roche). Ils sont le plus souvent sous marque de qualité ;
  •  isolants dits « naturels » : laines de chanvre, coton, mouton, lin, bois, cellulose ;
  •  isolants minces réfléchissants complémentaire. constituent une isolation

L’utilisation privilégiée d’un isolant est en murs ou en planchers, ou les deux, selon la famille considérée .

Isolation des façades Isolation thermique par l’intérieur (ITI)

Cette solution positionne l ‘ isolant à l’ intérieur de la structure porteuse, en pose collée, sur ossature métallique ou avec une contrecloison . Les épaisseurs d’isolant sont très variables en fonction de la performance recherchée. Facile à mettre en oeuvre, elle traite efficacement les ponts thermiques de menuiserie et de plancher bas dans le cas d’une isolation de plancher sous chape. Il s’agit de la solution d’isolation des murs la plus économique.

Isolation thermique par l’extérieur (ITE)

La solution du positionnement de l’isolant à l’extérieur de la structure porteuse permet de traiter efficacement les ponts thermiques de plancher intermédiaire et de refend, et d’augmenter ainsi l ‘inertie thermique du bâtiment. En outre, cette solution offre aux murs une protection lors de fortes variations climatiques. L’ ITE est mise en oeuvre sous enduit, bardage ou vêture. Cette technique, qui permet de travailler en site occupé, a cependant un coût plus élevé et peut nécessiter une déclaration préalable de travaux ou d’un permis de construire (modification de façade).

Isolation des planchers

Plancher haut/toitures

Le cas le plus simple est celui des combles perdus. L’ isolation est rapportée directement sur le plancher haut ou entre les solives. Il est de même possible de rapporter l ‘isolant en sous face d’un plafond suspendu. Le cas des combles aménagés est traité par une isolation sous toiture sur ossature métallique avec parement intérieur. Pour les toitures terrasses, l ‘isolant est rapporté à l’extérieur sur la toiture. Les systèmes mis en oeuvre assurent à la fois l’isolation et l ‘étanchéité de la toiture qui sont alors traitées simultanément.

Dans le cas où la couverture de toiture est à changer, on peut mettre en oeuvre une technique de caisson isolants, support de couverture et mis en oeuvre directement sur la charpente (technique dite de sarking), sorte d’ITE de la toiture. Dans un ouvrage, le plancher haut permet facilement de mettre en oeuvre des résistances thermiques élevées.

Plancher bas

Lorsque l’ accès le permet (vide sanitaire ou local non chauffé), l ‘isolant est rapporté en sous face de plancher. Si la hauteur sous plafond est compatible, on peut rapporter l’isolant sur le plancher existant et mettre en place une chape flottante qui recevra alors un nouveau revêtement. Dans ce cas, il est alors souvent intéressant de coupler l ‘opération avec un changement du système de chauffage par le sol (hydraulique ou électrique). Cette technique est lourde et incompatible en site occupé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *